Conseils pratiques en matière de protection de la biodiversité

La biodiversité, c'est la communauté du vivant. Celle à laquelle nous appartenons et qu'hélas les activités humaines menacent aujourd’hui.

En valorisant une biodiversité préservée, nos voyages contribuent à sa préservation par les populations locales. Mais notre présence est susceptible d'altérer la flore et la faune, lorsque nous n'adoptons pas les comportements appropriés. Sur les sites fréquentés, rester sur les sentiers ou les parcours proposés réduit notre impact sur les sols, la flore et le dérangement de la faune. Une faune que nous ne chercherons jamais à approcher frontalement, cette approche étant souvent perçue comme une agression. Au contraire, rester immobile, lui laisser l'envie de venir nous voir, satisfaire sa curiosité est la garantie de superbes rencontres. En tout état de cause, privilégions le confort et la sécurité de l'animal en étant attentif à ses signes de stress. Une observation qui se conclut par la fuite de l'animal est un échec, car elle a perturbé de précieux instants consacrés à l'alimentation, au repos, à l'élevage de ses jeunes, …

Deuxième trafic mondial après celui de la drogue, le trafic des espèces sauvages est un facteur important de disparition de la biodiversité. Un trafic étroitement lié avec le tourisme et qui implique bien souvent le voyageur par méconnaissance. Parce que vous n'êtes, probablement, pas un naturaliste spécialiste, nous vous invitons à refuser tout souvenir fabriqué à partir d'éléments issus de la faune. Plumes, ivoire, os, cuirs, peaux peuvent être tirés d'espèces menacées et vous causer de graves soucis lors de votre passage en douane. De la même manière, les viandes issues de la faune sauvage, servies sur place aux touristes, sont d'un exotisme douteux, entretiennent des réseaux de braconnage et contribuent à la disparition de la faune.